Pourquoi le gouvernement ne revalorisera pas plus les petites retraites ?

vendredi 5 octobre 2018

Pour contrer la faible valorisation des pensions des retraités, le gouvernement avait évoqué l’idée de revaloriser les pensions des retraités modestes. Trop compliquée, cette possibilité a aussitôt été abandonnée.


Pourquoi avoir voulu revaloriser les pensions des retraités ?

Les députés de la majorité ont renoncé à l’idée d’augmenter les pensions des retraités les plus modestes de 0.5 %, et de 0.1 à 0.2 % pour les plus aisés.

Cette mesure visait à calmer les mécontentements des retraités qui verront leur pension augmenter uniquement de 0.3 % les deux prochaines années, tout en faisant face à une inflation de 1.7 %.

 

Un jeu qui n’en vaut pas la chandelle

Cette idée a très vite été avortée. Car pour certains députés de la majorité, cette mesure serait sans réel impact sur le pouvoir d’achat des retraités. Les retraités les moins aisés auraient eu un gain modeste qu’ils auraient à peine remarqué, tandis que les autres n’auraient rien eu et se seraient sentis défavorisés.

En effet, cette mesure pourrait créer un risque d’inégalité devant l’impôt, un principe anticonstitutionnel. Pour contrer ce risque, sa mise en place demanderait beaucoup de temps et serait trop compliquée. Selon Olivier Vérant, le rapporteur du budget de la Sécurité Sociale, cela s’avérerait être « un mécanisme très complexe », qui demanderait « 8 à 9 mois de process ».

Gérald Darmanin, Ministre de l'Action et des Comptes publics, essaie de relativiser le quasi gel des pensions en rappelant que la progression moyenne des pensions des cinq dernières années était que de 0.4 %, contre 0.3 % prévus pour 2019 et 2020.

 

Comme le gouvernement espère-t-il aider les retraités ?

Le Gouvernement insiste sur des réformes avantageuses pour les retraités, censées augmenter leur pouvoir d’achat.

 

Un coup de pouce pour 300 000 retraités

Edouard Philippe a annoncé qu’il comptait exempter de hausse de CSG 300 000 retraités modestes. Initialement prévue pour 100 000 retraités, ce sera finalement le triple qui bénéficiera du geste fiscal du Gouvernement. Le premier ministre a ainsi précisé : « il faudra être passé pendant deux ans en continu au-dessus du seuil arrêté l'année passée".

Qu’est-ce que cela signifie ?

Avoir un revenu fiscal de référence de plus de 14.404 euros pendant deux ans d’affilée pour une personne seule, ou de plus de 22.051 euros pour un couple.

 

Le « zéro reste à charge »

C’était une promesse de campagne de Emmanuel Macron, cette mesure doit permettre le remboursement intégral de certaines lunettes, prothèses auditives et dentaires, d’ici 2021. Ce dispositif sera pris en charge à 100% par la Sécurité Sociale et les complémentaires. L’objectif est de permettre aux retraités les plus démunis d’accéder aux soins et réduire les inégalités de santé.

 

Allocation de solidarité pour les personnes âgées (Aspa)

Enfin, le Gouvernement compte beaucoup sur une dernière mesure mise en place au 1er avril 2018 : l’augmentation du minimum vieillesse. L’allocation solidarité aux personnes âgées a augmenté de 30 euros en avril, le Gouvernement s’est engagé à poursuivre cette augmentation jusqu’en 2020.

 

A lire également :

Comptez-vous changer de voiture d’ici la fin de l’année ?

Allez-vous vraiment bénéficier de l'année blanche ?

 

Ecrit par la rédaction de Simul-retraite.fr





découvrez nos services

Offre Confort

95 €

  • Un conseiller spécialisé vous est attribué
  • Il vous contacte par email et s’occupe de tout
  • Les résultats de votre simulation retraite sont garantis 15 jours
EN SAVOIR PLUS
;