Réforme Retraite : Boom des départs anticipés pour carrière longue

jeudi 26 juin 2014

Les dispositifs d’accès s’étant assouplis, les départs anticipés à la retraite s’intensifient. Bien que la légitimité de ce mécanisme soit manifeste, sa mise en œuvre pèse sur les comptes de la Sécurité sociale.

Le dispositif de départ anticipé assoupli

La réforme « Fillon » de 2003 a ouvert le droit pour les assurés de partir à la retraite avant l’âge légal et à taux plein. Depuis, les réformes des retraites successives ont élargi ce dispositif, même si en parallèle l’âge légal de départ à la retraite était repoussé et la durée de cotisations allongée.

La dernière réforme des retraites n’échappe pas à ce paradoxe. Un décret de juillet 2012 autorise le départ anticipé pour carrière longue pour les assurés ayant commencé à travailler avant 20 ans et non plus avant 18 ans. Conséquence directe : après 2 mois d’application, l’Assurance Vieillesse anticipait 18 000 départs de plus pour 2012.

La réforme de janvier 2014 n’est pas en reste : les conditions d’accès au dispositif de départ anticipé pour carrière longue sont assouplies. Désormais, les trimestres sont comptés plus favorablement, par exemple, le nombre de trimestres retenus au titre du chômage indemnisé passe de 2 à 4 trimestres.


Les départs anticipés se multiplient, les déficits se creusent

L’assouplissement des conditions d’accès a eu pour conséquence qu’un départ à la retraite sur 5 en 2013 est un départ anticipé.

Pour le seul régime général, 150 000 assurés sont partis en retraite anticipée en 2013, soit 70% de plus qu’en 2012.

D’après le rapport de la Commission des comptes de la Sécurité sociale publié début juin, ce dispositif a coûté 1.5 milliard d’euros à la CNAV en 2013, contre 1.2 milliard en 2012.

Ainsi, depuis 10 ans, ce sont 900 000 personnes qui ont bénéficié d’un départ anticipé à la retraite, pour un coût cumulé avoisinant les 15 milliards d’euros.

Rappelons que proportionnellement à celui de la CNAV, les déficits des caisses de retraite complémentaire se creusent. La Cour des comptes évalue le déficit de la seule caisse ARRCO à 3 milliards d’euros en 2013 contre 2.4 milliards en 2012, à cause des départs anticipés à la retraite. Ainsi, le déficit du régime général s’élève à 13.3 milliards en 2012.

Si l’objectif est réellement un retour à l’équilibre d’ici 2020, il serait temps d’engager une véritable réforme des retraites sans oublier les régimes spéciaux et leurs multiples plans de départ anticipé.

 


Ecrit par la




découvrez nos services

Offre Confort

95 €

  • Un conseiller spécialisé vous est attribué
  • Il vous contacte par email et s’occupe de tout
  • Les résultats de votre simulation retraite sont garantis 15 jours
EN SAVOIR PLUS