Réforme ARRCO-AGIRC, les gagnants/les perdants : les exemples en chiffres

vendredi 3 août 2018

Au 1er janvier 2019, l'Agirc et l'Arrco fusionnent en un seul régime, le régime Agirc-Arrco. Zoom sur les principales nouveautés.


Bonus/Malus : les exemples

Un nouveau dispositif de minoration/majoration temporaire s’applique au montant de votre retraite complémentaire. Ce dispositif est destiné à encourager la poursuite de votre activité au-delà de l’âge auquel les conditions sont remplies pour bénéficier de la retraite à taux plein.
Vous êtes concerné si :

  • vous êtes né à compter du 1er janvier 1957 ;
  • vous remplissez les conditions pour bénéficier de votre retraite Agirc-Arrco à taux plein à partir du 1er janvier 2019.

4 situations de minoration/majoration temporaires

  • 1ère hypothèse : Si vous ne liquidez pas votre retraite à taux plein, le montant de votre retraite complémentaire sera diminué par l’application d’une minoration ou décote, et cela de manière définitive. Cette décote dépend de votre année de naissance.
  • 2ème hypothèse : Vous demandez votre retraite complémentaire à la date à laquelle vous bénéficiez du taux plein au régime de base. Une minoration de 10% pendant 3 ans s’applique au montant de votre retraite complémentaire. La retraite cesse d’être minorée lorsque vous atteignez l'âge de 67 ans.
    Par exemple : Claire a une retraite globale de 18 000 bruts par an (13 500 euros en base et 4 500 euros en ARRCO et AGIRC). Si elle prend sa retraite à taux plein, le malus temporaire de 10 % représentera un manque à gagner de 4 500 x 10 % x 3= 1 350€ net sur 3 ans.
  • 3ème hypothèse : Vous demandez votre retraite complémentaire au moins 4 trimestres plus tard soit au moins 1 an après la date à laquelle vous bénéficiez du taux plein au régime de base.
    La minoration ne s’applique pas. Vous bénéficiez de la totalité de votre retraite complémentaire.
  • 4ème hypothèse : Vous demandez votre retraite complémentaire au moins 8 trimestres plus tard soit au moins 2 ans ou plus après la date à laquelle vous bénéficiez de votre retraite de base au taux plein.


Vous bénéficiez d’une majoration de votre retraite complémentaire pendant 1 an de :

  • 10 % si vous décalez la liquidation de votre retraite complémentaire de deux années par rapport à la date du taux plein
  • 20 % si vous décalez de trois années,
  • 30 % si vous décalez de quatre années

Par exemple : Thomas a une retraite globale de 18 000 bruts par an (13 500 euros en base et 4 500 euros en ARRCO et AGIRC). Il décide d’attendre 2 ans après son taux plein pour prendre sa retraite. Il bénéficiera donc de 10% supplémentaire pendant 1 an soit 4 500+10% = 4 950€ soit un bonus de 450€ pendant 1 an.

Le conseil de simul-retraite.fr

Il est souvent plus intéressant de bénéficier de sa retraite directement à son taux plein et de subir une minoration de 10% pendant 3 ans que d’attendre 2 ans après le taux plein et de bénéficier d’une majoration de 10% pendant 1 an.
Faites gratuitement vos calculs retraite avec notre simulateur.

Majoration pour enfants : les changements

Les mères comme les pères de trois enfants ou plus bénéficient, au moment du calcul de leurs pensions de retraite, d’une majoration de 10% de leurs droits ARRCO d’une part et de leurs droits AGIRC d’autre part, acquis à partir du 1er janvier 2012 (les droits acquis avant cette date sont majorés selon des règles spécifiques à chaque régime).
Pour chacun de ces deux régimes, cette majoration est actuellement plafonnée en montant : 1 031,15€ pour les droits ARRCO et 1 028,12€ pour les droits AGIRC.
Avec la fusion de ces deux régimes, ces montants ne se fondent pas, mais s’additionnent, dans la limite de 2 059€ par an.

Un nouvel âge pour la réversion

Jusqu’à présent, deux régimes coexistent pour la veuve (ou le veuf) d’un (ex)salarié(e). Pour percevoir une partie de la pension de retraite de son (ex)mari décédé, le conjoint survivant doit attendre d’avoir 55 ans pour les droits à réversion ARRCO et 60 ans pour les droits à réversion AGIRC acquis en tant que salarié cadre.
Cette différence disparaît au profit d’un seul et même âge d’accès : 55 ans. Cette mesure s’appliquera aux décès intervenants à compter du 1er janvier 2019.

Nouveau mode de calcul des cotisations

Les différences entre cotisations des cadres et des non-cadres s'amenuisent au 1er janvier 2019.
Les salariés (cadres et non-cadres) cotiseront à un régime unique selon deux tranches.
La première tranche correspond au plafond de sécurité sociale, la seconde tranche touche toutes les sommes supérieures au plafond de sécurité sociale, jusqu'à 8 plafonds de sécurité sociale.
La tranche C des cadres disparaît et la tranche 2 des non cadres n'est plus limitée à 3 plafonds de sécurité sociale.
Le fait d'avoir ou non le statut cadre n'aura plus d'incidence sur le salaire net des salariés.

 

Ecrit par la rédaction de Simul-retraite.fr





découvrez nos services

Offre Confort

95 €

  • Un conseiller spécialisé vous est attribué
  • Il vous contacte par email et s’occupe de tout
  • Les résultats de votre simulation retraite sont garantis 15 jours
EN SAVOIR PLUS
;